Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

La Demeure du Chaos – suite. VIII

EPISODE VIII

La Demeure du Chaos – suite.

Depuis quelques temps, tous les lieux underground et branchés de Lyon se voient griffés d’autocollants totalement funky de la Demeure du Chaos.
Après enquête, chaque jour, la factory d’Ehrmann, qui a acheté la diabolique machine, produit des séries uniques et signées de la main de notre artiste.

L’objectif : 999 modèles pour contaminer artistiquement Lyon et ses lieux les plus fun.
S’afficher avec la Demeure du Chaos dénote un état d’esprit très décalé et clanique.
Idem pour les affiches psychédéliques qui maculent les quais de la Sucrière, où notre artiste déjanté a décidé d’afficher 9 999 m2 sur les vieux docks, dont l’ambiance est furieusement chaotique.

Ehrmann ne reculant devant rien, des camions chargés de nacelles télescopiques géantes viennent décharger les engins de guerre la nuit pour perpétrer leurs actions.

Le plus étonnant est que cette contamination frappe le cœur de la Biennale d’Art Contemporain de Lyon qui, cette année, est le lieu où il faut être.

Tout aussi psychédélique dans son thème « L’Expérience de la Durée », le visiteur, à l’entrée, voit, dans les écrans plats de la Biennale, surgir de manière subliminale des apparitions trash de la Demeure du Chaos et de son plasticien démurge.

Le bruit courait : c’est désormais une réalité, les 2 Thierry ont renoué dans leur complicité.

On craint le pire car la rumeur court que Thierry Raspail, Directeur Artistique de la Biennale d’Art Contemporain, et Thierry Ehrmann, sont en train de préparer une performance entre la Sucrière et la Demeure du Chaos qui laissera des traces dans l’histoire, dont certains auront du mal à s’en remettre.

La suite sulfureuse au prochain numéro …

copyright 2005 © LyonPeople.com

octobre 21, 2005 Posted by | Thierry Ehrmann : aVentures chaOtiQues | Laisser un commentaire

La Maison du Chaos

La Maison du Chaos

A quoi ressemblerait la vie, le jour d’après la fin du monde ?

Thierry Ehrmann, patron du groupe Server, se propose d’y répondre avec sa maison du chaos. Ce site impressionnant, au nord de Lyon, donne sa vision de l’apocalypse.

Accident de voiture, crash d’hélicoptère, reproduction de ground zero, à Saint-Romain-au-Mont-d’Or, la maison du chaos, propriété de Thierry Ehrmann, défraye la chronique depuis sa mise en chantier. En 1990, le patron du groupe Serveur détenteur de 60% d’Artprice.com, s’offre le domaine de la Source (12000m² de terrain). En 2001, les riverains ont la surprise de voir cette magnifique demeure bourgeoise devenir l’objet d’un massacre organisé : une déconstruction artistique. Les façades de la maison, traitées à la lance thermique, donnent l’impression d’avoir subi un terrible incendie. Un astéroïde éventre le jardin. Sur un mur, l’artiste Ben, résume l’ambiance : « La fin du monde est proche ». Cependant, si Thierry Ehrmann habite sur place et que les 300 salariés de son groupe y travaillent, le voisinage demeure perplexe face à cette création. Le maître des lieux a même connu de nombreux démêlés avec la justice et entretient également des relations houleuses avec le maire de Saint-Romain-au-Mont-d’Or. Toutefois, en 2004, la Drac, saisi sur le sujet par les pouvoirs publics, rend un avis favorable au créateur. La définition d’œuvre d’art lui est désormais acquise.

Chaos Factory
La démarche artistique de Thierry Ehrmann s’inspire du travail de nombreux artistes contemporains issus des mouvements nés suite à la fameuse exposition de Berne en 1969 : « Quand les attitudes deviennent forme ». La maison du chaos rappelle parfois les « cuttings » de Gordon Matta Clark ou le travail du japonais Tadashi Kawamata pour qui le cycle déconstruction-reconstruction est infini. Le site fonctionne sur le principe de la Factory cher à Warhol, ainsi des artistes, comme Nicolas Delprat, viennent ponctuellement y réaliser des performances. Se référant largement à Duchamp, Thierry Ehrmann explique que l’évolution de cette œuvre est également très influencée par la géopolitique. Ainsi, le portrait d’Arafat côtoie celui de Sharon, celui du cardinal Ratzinger à l’époque où il faisait partie des jeunesse hitlériennes est visible sur le mur d’enceinte, des unes du Times comme celle représentant Ben Laden sont reproduites à l’identique. Avec cette œuvre gigantesque, Thierry Ehrmann provoque.

Vertiges et vomissements
Dans une des salles de réunion, le martyre de Gênes est représenté sur un mur : de quoi glacer le sang.
Il est arrivé que certains visiteurs soient saisis d’un violent syndrome de Stendhal, étourdissements, vomissements allant parfois même jusqu’à la perte de contrôle. Des performances d’artistes peuvent particulièrement impressionner comme cette mise en scène d’une attaque nocturne de la maison par des individus cagoulés, armés et débarqués par hélico. « Près de 4500 cartouches ont été tirées », se souvient Thierry Ehrmann, amusé par cette évocation. Surpris, les riverains ont eu la trouille de leur vie.
« La peur c’est ce qui donne envie de vivre », ajoute Thierry Ehrmann. Pour lui, il s’agit d’un élément naturel et indispensable. La peur matérialise des limites et crée l’espace temps. « Le 11 septembre, les gens ont redécouvert la paur », affirme-t-il.
La réalisation de l’Organe, sorte de musée bunker, ainsi que l’ajout de son et d’animations dans les parties extérieures font l’objet des prochaines transformations du site.
Si vous passez du côté de Saint-Romain-au-Mont-d’Or, sonnez au portail, avec un peu de chance, on vous laissera entrer et voir vos peurs en face.

Delphine Renard

copyright ©2005 TRUBLYON Octobre-Novembre-Décembre 2005 N°8

A l’origine du chaos
Thierry Ehrmann se passionne pour l’alchimie depuis toujours. En 1999, avec son équipe, il rédige le manifeste de l’esprit de la salamandre.
Cet animal mythique est le symbole de l’alchimie. Toutes les opérations de déconstruction de la maison sont écrites noir sur blanc dans ce document qui laisse tout de même une certaine marge de liberté. Cette création a pour vocation d’être un miroir du monde. Les références à la géopolitique et aux conflits y sont nombreuses. Selon Thierry Ehrmann, le chaos constitue la matière première de l’alchimie. Voilà sûrement pourquoi à travers l’horreur, on devine avec une petite lueur d’espoir, une œuvre également largement ésotérique.
D.R.

+ d’infos : www.salamanderspirit.org
www.organe.org
Pour aller + loin : Alchimie et mystique, Le musée hermétique, éd. Taschen.

octobre 3, 2005 Posted by | La Revue de Presse, Petition | Un commentaire