Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

La Demeure du Chaos – suite. IX

EPISODE IX

La Demeure du Chaos – suite.

Tout ce qu’il fait est dément, mais là les « bornes des limites » sont dépassées
Nos confrères du Figaro l’ont écrit : Ehrmann, notre artiste démiurge vient de retrouver le Temple perdu de l’Eglise Réformée au fond de son domaine.

Après avoir enlevé 1 200 m3 de terre et quelques centaines de camions, il a mit à jour le Temple de Saint Romain de Couzon, construit en 1630 et détruit en 1685, que tout le monde cherchait.
Plus de 900 m2 du Temple et de ses nombreuses dépendances surgissent au cœur de la Demeure du Chaos, venant alimenter le grand œuvre de notre alchimiste des temps modernes et décupler les plus folles rumeurs.

Mauvaise nouvelle pour le Maire de Saint Romain, qui s’acharnait à dire qu’Ehrmann ne respectait pas le patrimoine.
Pire encore, le nouveau bourg, construit pendant son mandat, a un immense mur mitoyen avec le Temple, mur qui, de manière incontestable selon les chercheurs et archéologues, constitue le mur principal de la cité religieuse, remettant en cause tout le plan d’occupation des sols.
Belle bataille judiciaire en perspective pour Ehrmann, dont le questionnement judiciaire fait partie intégrante de son travail artistique.

Notre artiste a d’ailleurs annoncé qu’il présenterait aux prochaines élections municipales de Saint Romain sa propre liste et qu’il y mettrait tous les moyens nécessaires.
Il se murmure que des notables des Monts d’Or, et non des moindres, sont dans une phase de conversion accélérée pour rejoindre la liste d’Ehrmann.
Ambiance assurée …

Côté production, Ehrmann vient de faire l’acquisition du tunnelier géant qui était sur les berges du Rhône depuis plusieurs années et qui avait servi à creuser le métro sous les fleuves.
Que les adversaires de Gérard Collomb se rassurent, ce témoin de l’histoire de Lyon de 120 tonnes d’acier, a été découpé en 7 pans géants et amené en convoi exceptionnel à la Demeure du Chaos pour préparer la dernière sculpture « Underground ». Il reposera donc en paix dans sa ville et fera taire les détracteurs de Gégé.
En effet, face au chantier archéologique du « Temple perdu », notre sculpteur met en scène, avec ses deux complices les plasticiens Hervé de l’Hisle et Marc Del Piano, la symbolique du tunnelier qui dévore et recrache les entrailles de la terre.
Ainsi, les visiteurs doivent entrer dans le cœur de la bête sertie de diamants de coupe pour descendre sur les passerelles des fouilles.
Le budget de « Underground » étant indécent, aucune somme n’a été communiquée.

copyright 2005 © LyonPeople.com

Publicités

novembre 21, 2005 - Posted by | Thierry Ehrmann : aVentures chaOtiQues

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :