Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

Pierre Dumont et Thierry Ehrmann répondent à leurs détracteurs

EST LYONNAIS – MONTS D’OR

SAINT-ROMAIN-AU-MONT-D’OR

Pierre Dumont et Thierry Ehrmann répondent à leurs détracteurs

Nous avons publié jeudi une page spéciale dans laquelle nos lecteurs se sont exprimés de façon la demeure du chaos. Pierre Dumont, le maire de la commune-, et Thierry Ehrmann, l’instigateur ont accepté de répondre aux principales questions soulevées dans ce débat
«Je n’admets pas que cette vision soit imposée aux habitants»

Pierre Dumont, maire de Saint-Romain-au-Mont-d’Or

>> Est-ce pour vous une surprise de voir que des habitants de la commune sont favorables aux travaux de Thierry Ehrmann?
Pierre Dumont, maire de Saint-Romain au Mont d’Or: Non ce n’est pas une surprise, mais les contacts nombreux que j’ai avec la population montrent à l’évidence que les « pour » ne sont pas très nombreux. Je reconnais à chacun le droit d’apprécier mais je n’admets pas que cette vision soit imposée aux habitants. On ne peut pas imposer une approbation collective sur quelque chose d’aussi volontairement choquant »

>> Certains se demandent pourquoi il n’y a jamais eu de pétition ou autre mouvement, ce qui expliquerait l’absence d’une opposition franche au village. Que leur répondez-vous? Ceci n’est pas une forme très habituelle d’expression dans le village. Les gens « contre » n’ont pas nécessairement l’esprit révolutionnaire ou explosif. Les habitants s’expriment surtout en venant voir le maire ou ses adjoints, les conseillers aussi, pour exprimer leur désaccord, et plus souvent leur colère  » Des personnes vous reprochent de ne jamais avoir ouvert le débat localement. Que leur répondez-vous? Ce n’est pas à moi d’ouvrir le débat. Le conseil s’est expri:né et il a agi au regard de la loi, en tenant compte de la gêne qui est ressentie par beaucoup d’habitants. Je ne vois pas en quoi un débat aurait servi à quelque chose, car les habitants peuvent avoir d’eux-mêmes leur propre avis.

>> Certains pensent qu’il vaut mieux pactiser avec Thierry Ehrmann et préparer le village à son nouvel avenir. Qu’en pensez-vous? Mais à quel avenir peut préparer la chaos? A priori, tout le monde lutte contre la vision du chaos à travers la planète. Ce n’est donc vraiment pas une image d’avenir. L’avenir se prépare en fortifiant et en créant tout ce qui contribuera au bien-être des habitants. Je veux parler de l’école, des moyens associatifs, de l’urbanisme, des espaces publics. L’avenir d’un village, c’est la vie et non le chaos. Et surtout pas ce qui est fait pour heurter sa tradition et son histoire, pas plus que pour heurter les habitants, même si certains apprécient

>> La demeure du chaos semble cristalliser une division entre passéistes et modernistes dans le village. Qu’en pensez-vous? Depuis que l’homme est homme, il travaille a maîtriser son destin pour ne plus être le jouet de forces aveu-gles, pour vivre dans la paix et dans la prospérité. C’est cela la modernité. Le chaos, c’est le passé de l’homme qu’il n’a aucunement envie de revivre. En voulant tirer l’homme vers le chaos, Monsieur Ehrmann est d’ailleurs en parfaite contradiction avec lui-même. En effet, son activité professionnelle fait appel au niveau le plus organisé de notre société qui sont les moyens de communication qu’il utilise d’ailleurs très habilement. Il est membre et dépendant d’un réseau très organisé, tout le contraire du chaos. Que vient-il alors nous dire? Le passé, c’est bien son oeuvre, à moins que cela ne soit qu’une supercherie

Propos recueillis par Xavier Breuil

«Mon acte artistique s’inscrit dans la durée»

Thierry Ehrmann, propriétaire de la demeure du chaos

 » Vous dîtes souvent que vos détracteurs se comptent sur les doigts de la main. Le nombre de témoignages qui vont sont défavorables vous ont-ils surpris?
Thierry Ehrmann: Ce n’est pas surprenant en soi. Les détracteurs font partie intégrante de l’histoire de l’oeuvre par leur contribution, même négative. Leur rejet, que nous respectons, est une matière première indispensable que nous autres, artistes plasticiens, prenons en compte pour faire évoluer l’oeuvre. Ceci dit, le rejet ne porte pas sur l’esprit purement esthétique de l’oeuvre, mais bien sur l’idéologie que le spectateur attribue à son auteur

>> La plupart de vos détracteurs vous reprochent d’imposer votre vision du monde…
En tant qu’artistes, nous don-nons forcément une vision du monde et agissons plutôt comme des miroirs de l’his-toire et de l’actualité. Notre témoignage d’artiste sur ce début du siècle permettra aux générations futures de décrypter ce qui est aujourd’hui la fureur du monde depuis le 11 septembre. La question principale de cette oeuvre est sa confrontation permanente à autrui. Et c’est bien là son aspect novateur. Aucune autre n’a ce statut. Cette confrontation à celui qui le désire provoque des réactions. C’est le signe que l’oeuvre fonctionne au-delà d’elle-même  »

>> Beaucoup disent que votre demeure n’a pas sa place dans un charmant village, et évoquent un dédain des règles d’urbanisme…
Le postulat artistique de 1999 portait sur la déconstruction d’un domaine bourgeois. Quelle pire hypocrisie que de réaliser cette oeuvre dans des friches industrielles? Nous ne sommes pas moins respectueux des règles d’urbanisme que les personnes publiques ayant installé les colonnes de Buren au Palais Royal, le patineur de César à Lyon, ou la ZAC du bourg à Saint-Romain. Ces exemples montrent que l’urbanisme n’est pas un dispositif répressif et figé, qu’il admet la dissonance et la rupture. Le législateur a eu le souci de ne pas étouffer la création: l’article R421-1 du code de l’urbanisme dispense les oeuvres d’art du permis de construire et de déclaration de travaux

>> Un lecteur parle d’imposture, soulignant le paradoxe entre le chaos et le modernisme de vos installations
Le chaos est une notion universelle et intemporelle qu naît de la genèse du monde Elle s’accorde au contraire mieux que jamais à notre modernité. Sa transcription dans l’art est non seulement évidente, mais nécessaire L’incarnation de l’oeuvre, à travers le modernisme des installations, lui donne au contraire toute sa puissance dans le postulat artistique Cela dit, je suis à sa disposition pour en discuter plus longtemps

>> Pensez-vous avoir provoqué une division entre passéistes et modernistes dans le village? J’ai une histoire d’amour passionnelle pour Saint-Romain Mon acte artistique s’inscrit dans la durée. La demeure du chaos sera ma demeure pour l’éternité et je souhaite que plus tard, dans ce siècle tragique et somptueux, que les petits enfants des passéistes et modernistes du village puissent témoigner de leur fierté et que notre village, le plus beau de France, s’inscrive dans l’histoire de l’art

Propos recueillis par Xavier Breuil

copyright ©2006 Le Progrès de Lyon.

Publicités

mars 8, 2006 - Posted by | La Revue de Presse

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :