Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

La Demeure du chaos est-elle K.O. ?

La Demeure du chaos est-elle K.O. ?

L’an dernier, nous avions publié un article sur la Demeure du Chaos de Thierry Ehrmann, à Saint-Romain aux Monts d’or (1). Rappelons que le PDG du groupe Serveur avait, il y a quelques années, pris la décision de radicalement transformer sa vieille demeure bourgeoise en faisant appel à divers artistes, et en mettant lui-même la main à la pâte. Voitures brûlées, murs fondus au chalumeau thermique, avion et hélicoptère crashés dans la cour, réplique des Twin Towers effondrées… la Demeure du Chaos se veut à l’image de notre époque : sombre et violente. Depuis un an, la maison a beaucoup évolué, et le débat juridique qui l’entoure aussi. On savait que le maire de ce petit village avait demandé la destruction de l’ensemble. Le Tribunal de grande instance a statué le 16 février sur le démantèlement du dispositif et le « retour à la normale ». La remise en état des lieux doit intervenir dans un délai de six mois sous astreinte quotidienne de 75 euros. En outre, Ehrmann s’est vu condamné à 20.000 euros d’amende, sa société à 100.000.
Les conclusions du procès sont intéressantes : d’une part, le tribunal reconnaît la Demeure du chaos comme étant une œuvre d’art, statut que lui niaient jusqu’alors ses adversaires. Mais elles la considèrent comme une « œuvre d’art totale, globale », dépassant donc la limite volumétrique de 40 m3 fixée par la loi pour une œuvre d’art. Alors que l’ensemble est constitué de plusieurs œuvres pour lesquelles Ehrmann et les artistes ont bien pris garde de ne pas outrepasser ces dimensions.

Une phrase soulèvera de nombreuses questions : « L’indispensable liberté de création de l’artiste doit trouver ses bornes dans la loi, expression de la volonté générale. »

Si la Demeure du chaos était constituée de cadavres dépecés par un tueur en série, on comprendrait que la loi se montre sévère. Qu’y a t’il de si dangereux en définitive avec la Demeure du Chaos ? Est-ce la peur qu’elle soit à l’origine d’une épidémie créatrice ? Que tout le monde, d’un seul coup, soit pris d‘un désir radical de transformer l’apparence de sa maison ? La Demeure trouve en effet des échos chez des voisins qui se sont mis à ériger des sculptures dans leur jardin, tout cela dans une ambiance plutôt bon enfant. Mais il ne faut pas exagérer : la grande majorité des êtres humains ne ressentent pas le besoin de se démarquer, et la plupart n’ont ni le temps, ni les moyens financiers de se lancer dans de telles activités. On en concluera donc que les autorités s’inquiètent quand les citoyens font preuve d’imagination. Est-ce aussi parce que la Demeure a été décrétée d’une laideur repoussante ? Soyons honnêtes, elle est plus « belle » que nombre d’immeubles construits dans nos villes par des architectes et promoteurs peu soucieux de la forme…
Pour l’heure, Thierry Ehrmann et les artistes ont décidé de réagir en lançant une pétition (www.demeureduchaos.org). On observe actuellement une certaine émulation autour de la Demeure à St Romain, avec un nombre de visiteurs qui ne cesse d’augmenter.

Richard Leydier

(1) Voir artpress 312 mai 2005, p. 36.

Publicités

mars 23, 2006 - Posted by | La Revue de Presse

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :