Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

Art contre urbanisme: la justice autorise »la Demeure du chaos»

Notre édition du Jeudi, 14/09/2006

Art contre urbanisme: la justice autorise »la Demeure du chaos»

La cour d’appel de Lyon a autorisé mercredi la »Demeure du Chaos», une oeuvre d’art controversée implantée dans un village pittoresque des Monts d’Or, à rester en l’état, tout en reconnaissant qu’elle enfreignait le code de l’urbanisme.

Cet ancien relais de poste du XVIIe, totalement »déconstruit» par son propriétaire — l’homme d’affaires anti conformiste Thierry Ehrmann –, pourra donc continuer d’arborer des signes ésotériques, des portraits de Ben Laden ou de Fidel Castro sur ses murs calcinés ou peints en rouge sang.

Le monument figurant les attentats du World Trade Center pourra également rester en place, même s’il tranche avec les bâtiments classés du village de Saint-Romain au Mont d’Or (Rhône), dans la banlieue chic de Lyon.

Thierry Ehrmann, président du groupe Serveur (banques de données) et d’Artprice.com (cotation en ligne d’oeuvres d’art), a cependant été condamné à verser une amende de 200.000 euros pour avoir réalisé les travaux de modification du site sans autorisation préalable.

Malgré cette amende, il ne cachait pas sa joie mercredi après-midi. »Les magistrats ont confirmé le caractère artistique indubitable de l’oeuvre et ont exprimé très clairement leur volonté de protéger cette création unique et singulière», a-t-il déclaré à l’AFP, lors d’un entretien téléphonique.

Dans son arrêt, la cour d’appel reprend l’argumentaire développé en première instance par le tribunal correctionnel de Lyon. Le 16 février dernier, celui-ci avait estimé que la »Demeure du Chaos» était bien une oeuvre d’art mais que, conformément au code de l’urbanisme, son auteur aurait dû faire une demande préalable avant de la constituer parce qu’elle fait plus de 12 mètres de haut et 40 m3 de volume.

Mais si les juges de première instance avaient ordonné la remise en état de la »Demeure du Chaos», les juges d’appel notent que cette mesure est »facultative» et, pour eux, »il n’y a pas lieu de l’ordonner».

»Les travaux entrepris en 1999 ont pu être exécutés durant plusieurs années sans réaction des autorités» (le maire de Saint-Romain a déposé plainte à la fin de l’année 2004), et »une procédure de classement de l’immeuble est en cours au ministère de la Culture», rappellent-ils pour justifier leur décision.

L’arrêt de la cour d’appel a fortement déçu le maire de Saint-Romain, Pierre Dumont (divers droite), qui réfléchit à un éventuel pourvoi en cassation.

»Il y a quelque chose qui m’échappe : comment se fait-il que la loi s’applique à certains et pas à d’autres ?», a-t-il déclaré à la sortie de l’audience, mentionnant des personnes obligées de reboucher des fenêtres créées sans autorisation.

Le maire craint également que la »Demeure du Chaos» ne fasse des émules. D’ores et déjà, un voisin de Thierry Ehrmann a créé »la Demeure de l’Eden», en implantant dans son jardin une immense statue de dinosaure.

Et Thierry Ehrmann devrait lui poser d’autres soucis: le provocateur promet de conduire une liste »Romains Libres» aux prochaines élections municipales.

copyright ©2006 Tageblatt

Publicités

septembre 14, 2006 - Posted by | La Revue de Presse

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :