Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

« Demeure du Chaos »: le parquet de Lyon se pourvoit en cassation

« Demeure du Chaos »: le parquet de Lyon se pourvoit en cassation

AP | 16.09.06 | 16:33

LYON (AP) — Le parquet général de Lyon a décidé de se pourvoir en cassation contre l’arrêt rendu mercredi par la cour d’appel de Lyon qui a autorisé le propriétaire de la « Demeure du Chaos », une oeuvre d’art controversée en infraction avec le code de l’urbanisme, à la laisser en état.
« Nous nous sommes pourvus en cassation. La commune de Saint-Romain-au-Mont d’Or (Rhône), où est située la Demeure du Chaos, devrait en faire autant dans les jours qui viennent », a déclaré Jean-Olivier Viout, le procureur général de Lyon, joint par téléphone. Il souhaite que la Cour de cassation se prononce sur la capacité de la justice à déterminer s’il s’agit bien d’une oeuvre d’art.
La « Demeure du Chaos », ancien relais postal du XVIIe siècle, est située à Saint-Romain-au-Mont-d’Or, dans la banlieue chic de Lyon. L’homme d’affaires Thierry Ehrmann, patron d’un site Internet de cotation en ligne, a entrepris de « déconstruire » sa maison en 1999.
Au fil des ans, la « Demeure du Chaos » s’est fait de plus en plus imposante. Une quarantaine d’artistes, dont le célèbre Ben ont participé, à transformer la bâtisse en symbole apocalyptique, aux murs noirs recouverts de portraits de terroristes, les événements du 11-Septembre accélérant son processus de « déconstruction ».
Le maire de la commune de Saint-Romain-au-Mont-d’Or a saisi la justice en 2004. En première instance, le TGI de Lyon lui a donné raison, en obligeant Thierry Ehrmann à redonner à sa maison son aspect d’origine. Le PDG d’ArtPrice a ainsi été condamné le 16 février dernier à 120.000 euros d’amende et « à procéder au rétablissement des lieux dans l’état antérieur ». Il avait immédiatement fait appel.
Mais la cour d’appel de Lyon a estimé mercredi que la « Demeure du Chaos » est une oeuvre d’art qui peut rester en l’état.
Son propriétaire, le milliardaire Thierry Ehrmann, a toutefois été condamné à payer une amende de 200.000 euros pour avoir effectué les travaux sans autorisation préalable. AP

copyright ©2006 Le Nouvel Observateur

Advertisements

septembre 18, 2006 - Posted by | La Revue de Presse

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :