Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

La Demeure du Chaos veut gagner le droit d’exister

URBANISME : La Demeure du Chaos veut gagner le droit d’exister

. Entorse au code de l’urbanisme pour ses détracteurs, oeuvre d’art pour ses partisans, la demeure controversée voit son sort suspendu à la décision de la Cour d’appel de Grenoble.
. L’affaire dure depuis des années et focalise les oppositions au sein du village de Saint-Romain-au-Mont-d’Or, non loin de Lyon.

– le 15/11/2008 – 16h06

La Demeure du Chaos, oeuvre d’art controversée implantée près de Lyon, attend l’audience de la Cour d’appel de Grenoble, ce lundi, qui devrait décider de son avenir et mettre fin à des années de marathon judiciaire.

L’oeuvre est un ancien relais de poste du XVIIe siècle, totalement « déconstruit » par son propriétaire, l’homme d’affaires et plasticien Thierry Ehrmann. Les murs sont ornés de divers signes ésotériques ou de portraits plus ou moins provocateurs : Oussama ben Laden, Fidel Castro, Mahmoud Ahmadinejad ou le Dalaï Lama, sur fond noir ou rouge sang. Les espaces extérieurs laissent fleurir, là un monument figurant les attentats du World Trade Center, ici une carcasse d’hélicoptère ou d’avion. Le tout tranche avec la tranquillité cossue du village de Saint-Romain-au-Mont-d’Or, avec son clocher et sa mairie classés.

« Négationnisme artistique »

De fait, depuis 1999, la mairie de Saint-Romain souhaite la « remise en état » – « dans les faits la destruction pure et simple », selon Thierry Ehrmann – de la Demeure du Chaos et de ses 3123 oeuvres d’art produites par son auteur principal, le plasticien lui-même, et son collectif d’artistes. En 2006, Thierry Ehrmann, qui est également président du groupe Serveur (banques de données) et d’Artprice.com (cotation en ligne d’oeuvres d’art), avait été condamné à verser une amende de 200.000 euros pour avoir réalisé les travaux de modification du site sans autorisation préalable. Mais un arrêt de la Cour de cassation en décembre 2007 a renvoyé l’affaire devant la Cour d’appel de Grenoble.

Les juges grenoblois auront donc à trancher entre les partisans de la disparition de la Demeure du Chaos, qu’ils considèrent comme une insulte au code de l’urbanisme, et ceux de Thierry Ehrmann, qui invoquent l’article R 421-1 de la loi Malraux selon lequel « les oeuvres d’art ne sont pas soumises à permis de construire lorsqu’elles n’excèdent pas 12 mètres de hauteur ».

Reprochant à la municipalité de Saint-Romain de « s’acharner dans son négationnisme artistique », l’homme d’affaires et plasticien assure que plusieurs centaines de personnes l’accompagneront à l’audience. Installé au coeur même de son étrange domaine, dans un bureau tout de noir peint, aux faux airs de décor des premiers films de James Bond, avec écrans de surveillance des grilles d’entrées et de la rue, l’homme se dit soutenu « dans le monde entier par des artistes, des directeurs de musées, des amateurs d’arts » et affirme que la Demeure du Chaos est visitée par « 2000 personnes chaque week-end ».

D’après agence

copyright ©2008 TF1-LCI.fr

Publicités

novembre 17, 2008 - Posted by | Grenoble 17 novembre 2008, La Revue de Presse, Thierry Ehrmann : aVentures chaOtiQues | , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :