Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

Chaos selon Ehrmann

Mercredi 17 Décembre 2008

JUSTICE. OEuvre d’art pour son auteur, insupportable verrue pour les villageois, « La Demeure du chaos » perd en justice mais son créateur ne baisse pas les bras

Chaos selon Ehrmann

«La Demeure du chaos » devra être rasée. La cour d’appel de Grenoble l’a décidé hier. L’extravagante oeuvre réalisée par Thierry Ehrmann dans le jardin de sa maison, à Saint-Romain-au-Mont- d’Or (69), au nord de Lyon, est condamnée à baisser pavillon à la demande du maire, qui l’accuse d’enfreindre les lois de l’urbanisme. Mais il faudrait mal connaître Thierry Ehrmann pour croire qu’il va en rester là. Il va se pourvoir en cassation et, si besoin est, portera l’affaire jusque devant la Cour européenne des droits de l’homme à Bruxelles.

Une drôle d’histoire

Depuis le début, rien n’est ordinaire dans cette histoire, ni le joli village classé des Monts-d’Or, ni l’installation composite déployée en extérieur, ni, surtout, Thierry Ehrmann lui-même. L’homme, qui se dit volontiers « dealer en information », fait partie des 200 plus grosses fortunes de France. Il le doit à son flair qui l’a poussé à miser sur Internet avant tout le monde. Il fonde le groupe Serveur dès 89, puis Art Price, le leader mondial de la cotation d’oeuvres d’art. À 46 ans, il détient des participations dans une vingtaine de sociétés et emploie près de 200 personnes. Pourtant, le petit homme au crâne rasé reste extrêmement affable et se mêle sans hésiter à la foule venue le week-end visiter son « Chaos ».

C’est un bon communicant qui a aussi ses secrets. Né dans la bourgeoisie lyonnaise, éduqué par un précepteur, fils d’un polytechnicien membre de l’Opus Dei, lui-même adhérent de la Grande Loge maçonnique de France dès son jeune âge, il est attiré par l’ésotérisme et les penseurs anarchistes. Il estime d’ailleurs qu’Internet est un excellent outil de subversion et il a fondé une association d’universitaires, politiques et anciens hackers pour promouvoir la liberté sur la Toile. Voilà plus de dix ans qu’il s’est installé dans cet ancien relais de poste de Saint-Romain avec ses femmes et ses deux enfants, ses dogues allemands, tous ses employés, ses bureaux surveillés en permanence par des caméras, et sa bibliothèque digne « d’une ville de 100 000 habitants ». Autour de lui règne son « Chaos », et c’est bien là que le bât blesse.

Le 11 Septembre fut le déclic

Pour lui, il s’agit d’une oeuvre d’art; pas pour la majorité des habitants du village. Après le 11 Septembre, Ehrmann a commencé à envahir son terrain avec des voitures calcinées, un hélicoptère, des tanks rouillés, des tuyaux métalliques, un cratère de météorite et récemment un bunker. Les murs noircis de la maison portent des symboles ésotériques, des couleurs rouges, et des portraits de philosophes ou de personnalités comme Ben Laden ou Ahmadinejad. Le tout ressemble à une cible fumante après un bombardement. Ehrmann en appelle à la mémoire du Facteur Cheval pour défendre son droit à la création. Et, fort de la curiosité qu’il suscite, de ses appuis qui sont nombreux, de sa notoriété internationale, campe sur ses positions.

Auteur : dominique godfrey

copyright ©2008 SudOuest.com

Publicités

décembre 17, 2008 Posted by | 999, Grenoble 17 novembre 2008, Petition, Thierry Ehrmann : aVentures chaOtiQues | Laisser un commentaire

« Demeure du Chaos »: remise en état des lieux ordonnée en appel

« Demeure du Chaos »: remise en état des lieux ordonnée en appel

Il y a 1 heure

GRENOBLE (AFP) — La Cour d’appel de Grenoble a ordonné mardi la remise en état des lieux de la « Demeure du Chaos », une oeuvre d’art controversée implantée dans un village classé des environs de Lyon, qui enfreint le code de l’urbanisme.

L’arrêt de la Cour est conforme aux réquisitions du ministère public lors de l’audience des 17 et 18 novembre.

Située à Saint-Romain au Mont d’Or (Rhône), la « Demeure du Chaos » est un ancien relais de poste du XVIIe siècle, « déconstruit » par son propriétaire, l’homme d’affaires et plasticien Thierry Ehrmann, président du groupe Serveur (banques de données) et d’Artprice.com (cotation en ligne d’oeuvres d’art).

Depuis 1999, M. Ehrmann a supervisé le travail d’une quarantaine d’artistes qui ont transformé les murs d’enceinte et la façade de la bâtisse, les ornant de signes ésotériques ou de portraits plus ou moins provocateurs: Oussama Ben Laden ou Fidel Castro, sur fond noir ou rouge sang.

La Cour d’appel a donné neuf mois à M. Ehrmann, qu’elle a également condamné à une amende de 30.000 euros, pour exécuter son ordre sous peine d’une astreinte de 75 euros par jour.

En 2004, le maire de Saint-Romain avait porté plainte contre M. Ehrmann, lui reprochant d’avoir enfreint le code de l’urbanisme en effectuant ces travaux sans déclaration préalable et en demandant la « remise en état des lieux ».

En première instance, le tribunal correctionnel de Lyon avait donné raison à l’élu, enjoignant M. Ehrmann à remettre sa maison en l’état. Il avait également condamné le prévenu et sa société immobilière à payer au total une amende de 120.000 euros.

Ce jugement avait été partiellement infirmé par la cour d’appel de Lyon en septembre 2006, cette dernière alourdissant l’amende à 200.000 euros, mais autorisant le maintien en l’état.

Saisie par le prévenu et le parquet général de Lyon, la Cour de cassation avait cassé l’arrêt de la cour d’appel de Lyon et renvoyé l’affaire à Grenoble.
Hébergé par Google
Copyright © 2008 AFP. Tous droits réservés.

décembre 16, 2008 Posted by | 999, Grenoble 17 novembre 2008, La Revue de Presse, Petition | , , | Laisser un commentaire