Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

La « Demeure du Chaos », bientôt remise en l’état ? Pas sûr…

La « Demeure du Chaos », bientôt remise en l’état ? Pas sûr…

Par Stéphanie Odéon, le 17 décembre 2009 à 16h55, mis à jour le 17 décembre 2009 à 18:09
La Cour de cassation a rejeté le pourvoi du propriétaire de la « Demeure du chaos » et ordonné la remise en état des lieux. L’intéressé compte porter l’affaire devant la Cour européenne.

L’homme d’affaires et plasticien Thierry Ehrmann devra remettre dans leur état d’origine les lieux où il avait construit la « Demeure du Chaos », une oeuvre d’art controversée implantée dans un village classé des environs de Lyon, a tranché mardi la Cour de cassation. Située à Saint-Romain-au-Mont-d’Or, dans le Rhône, la « Demeure du Chaos » est un ancien relais de poste du XVIIe siècle, « déconstruit » par son propriétaire, Thierry Ehrmann, président du groupe Serveur (banques de données) et d’Artprice.com (cotation en ligne d’oeuvres d’art).

La « Demeure du Chaos » bientôt remise en ordre ?
La Demeure du Chaos veut gagner le droit d’exister

Cette décision de justice n’a pourtant pas soulagé Françoise Revel, la maire de Saint-Romain-au-Mont-d’Or, interrogée par le Progres.fr. Thierry Erhmann a en effet annoncé qu’il prenait cet arrêt « comme une chance d’aller plaider devant la cour européenne ». Le plasticien estime que sa « demeure n’est pas une œuvre violente. Elle n’incite pas à la haine et ne trouble pas à l’ordre public ».

10 ans de discorde

Depuis 1999, Thierry Ehrmann a supervisé le travail d’une quarantaine d’artistes qui ont transformé la bâtisse en un symbole apocalyptique, aux murs calcinés et recouverts de portraits de Ben Laden ou encore de Fidel Castro. A l’issue d’une longue procédure en justice, la cour d’appel de Grenoble avait, le 16 décembre 2008, jugé que cette oeuvre enfreignait le code de l’urbanisme. Condamnant Thierry Ehrmann à une amende de 30.000 euros, elle lui avait donné neuf mois pour remettre les lieux dans leur état d’origine. Le condamné s’était alors pourvu en cassation. Mais mardi, la chambre criminelle de la Cour de cassation a rejeté son pourvoi, rendant définitive la décision grenobloise.

L’affaire avait débuté en 2004. Le maire de Saint-Romain avait alors porté plainte contre Thierry Ehrmann, lui reprochant d’avoir enfreint le code de l’urbanisme en effectuant ces travaux sans déclaration préalable et en demandant la « remise en état des lieux ». En première instance, le tribunal correctionnel de Lyon avait donné raison à l’élu, enjoignant le plasticien à remettre sa maison en l’état. Il avait également condamné le prévenu et sa société immobilière à payer au total une amende de 120.000 euros. Ce jugement avait été partiellement infirmé par la cour d’appel de Lyon en septembre 2006, cette dernière alourdissant l’amende à 200.000 euros, mais autorisant le maintien en l’état. Saisie par le prévenu et le ministère public, la Cour de cassation avait, fin 2007, annulé l’arrêt de la cour d’appel de Lyon et renvoyé l’affaire à Grenoble.
Par Stéphanie Odéon le 17 décembre 2009 à 16:55

copyright ©2009 LCI /TF1 News

Advertisements

décembre 17, 2009 - Posted by | 999, Demeure du Chaos 10 ans, La Revue de Presse, Petition | , , , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :