Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

Lettre ouverte à thierry Ehrmann

HUMEUR

L’EDITO

PHILIPPE BRUNET-LECOMTE


Le directeur-rédacteur en chef de Mag2 Lyon s’adresse au fondateur de la Demeure du chaos, condamné par la Cour de Cassation à la remettre en état. Et à travers lui, il s’adresse à tous les “oufs” lyonnais qui font la couverture de ce numéro.

Lettre ouverte à thierry Ehrmann
Mon cher Thierry, toi au moins, ça ne te choquera pas que je tutoie vu que je t’ai immédiatement tutoyé quand je t’ai rencontré pour la première fois, il y a environ 15 ans. Ce qui mérite d’être signalé aux fidèles de cette lettre ouverte car je passe très rarement au “tu”, surtout quand j’ai en face de moi un baron lyonnais.
Ça ne te choquera pas non plus qu’en m’adressant à toi, je m’adresse en fait à tous les “oufs” lyonnais auxquels ce premier Mag2 Lyon de l’année 2010 consacre un dossier que je trouve marrant et assez instructif. Car au final, que serait Lyon sans tous ces “oufs”qui, comme toi, qui secouent cette ville encore coincée dans ses à prioris ?
Bon, je sais, tu as fini l’année 2009, par un “chaos” judiciaire. Car la Cour de cassation vient de te condamner à reconstruire ta fameuse Demeure, que tu déconstruis depuis 10 ans avec méthode en la submergeant d’incroyables performances artistiques.
Je n’ai jamais bien compris sur quelle planète vivaient les juges. Car souvent ils croient condamner mais en fait, c’est l’inverse, ils sacralisent ce qu’ils pensent anéantir d’un geste magistral. Avec cette maison du Chaos, si j’ai bien compris, tu t’es affranchi d’un permis de construire dans les règles. Mais au fond, c’était élémentaire, mon cher Thierry, car tu ne pouvais pas te lancer dans cette aventure avec un certificat de conformité.
Et les juges qui te le reprochent aujourd’hui sont dans l’absurde. Visiblement, ces éminents juristes n’ont pas lu le procès de Kafka !
Bref, c’est le plus joli cadeau qu’ils pouvaient te faire pour Noël, en relançant cette procédure qui avait tendance à s’enliser dans la routine judiciaire. Et la routine, je le sais, tu ne supportes pas. Voilà pourquoi je te demande de bien vouloir adresser à tes juges quelques mots de remerciements en ce début d’année. En les invitant à venir visiter le paradis infernal. En plus pour eux, ce serait une expérience unique : se rendre compte sur le terrain de la réalité d’un de leurs “dossiers”qu’ils ont jugé du haut de leur perchoir parisien, emmitouflés dans leur hermine d’un autre siècle.
Bref, te voilà reparti dans un nouveau combat judiciaire. Car j’imagine, tu vas saisir la Cour européenne des droits de l’homme. Et s’il le faut, tu iras plus loin car il doit bien y avoir un tribunal mondial, voire interplanétaire qui sera enfin sensible à tes arguments de bon sens. C’est-à-dire que le droit ne peut pas se hisser dans cet univers insaisissable de la création.
Rassure-toi, Thierry, par cette lettre ouverte, je ne veux pas prendre ta défense face à ces juges qui ont sanctifié ton chaos car tu te débrouilles très bien tout seul pour t’enfoncer ! Mais je veux simplement te dire que je reste un de tes fidèles. D’ailleurs, je ne compte plus les “dîners de cons”où j’ai pris un vrai plaisir à m’insurger contre ceux qui propageaient des pauvres rumeurs sur toi. Tes mille et une femmes, les mille et une faillites, tes mille et une brutalités, perversités et autres obscénités diaboliques….
Ce qui m’a toujours fait rigoler, c’est la gueule de tes ennemis qui se pincent le nez en parlant de toi. Ces bienpensants aux airs de velours, ces costards rigides cravatés de gris, ces chanoines gras et repus… Des airs si convenables qui dissimulent tant de vraies turpitudes. Lyon qui pèse, Lyon qui prie, Lyon qui compte. Lyon trouillard. Les vrais “oufs, c’est pas toi, c’est eux. Car ils naviguent à vue, l’oeil rivé sur eux-mêmes et sur leurs petits intérêts. Un peu court.
Voilà, mon Thierry, je conclurai en te disant merci. Et à travers ce merci, en rendant hommage à tous les “oufs”de Lyon qui font que, malgré tout, j’adore cette chienne de ville.
Merci aussi parce que seul un “ouf”comme toi pouvait soutenir un magazine de “ouf”comme Lyon Mag, devenu par miracle Mag2 Lyon. Jamais tu ne nous as laissé tomber, malgré les chaos qui ont jalonné nos quinze ans d’histoire. Et tu as toujours tenu parole, contrairement à d’autres barons si respectables. Sans jamais rien exiger en retour, si ce n’est que nous restions fidèles à nous-mêmes.
J’en profite pour adresser, en ce début d’année 2010, un petit message à l’équipe de ce Mag2Lyon, qui va fêter son premier anniversaire dans quelques semaines. Tu le sais, j’ai décidé de me “casser”cet été, pour permettre à ce magazine de “déconstruire”tranquillement son avenir. Et je leur dirai en toute franchise : vous aussi, sachez rester “ouf”. Ce qui est très exigeant. Mais c’est la seule façon d’être vraiment raisonnable !

copyright ©2010 Mag2Lyon – Janvier 2010

Publicités

janvier 4, 2010 - Posted by | Cour Européenne des Droits de l'Homme - CEDH, La Revue de Presse, Petition, Thierry Ehrmann : aVentures chaOtiQues | , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :