Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

Thierry Ehrmann : « L’année du grand retour »

STYLE DE VIE

FIAC 2010

Thierry Ehrmann : « L’année du grand retour »
Caroline Lebrun , 01men., le 19/10/2010 à 15h50
Le président fondateur d’Artprice estime que la 37e édition de la Fiac est très dynamique et très festive. Et qu’elle réussit à s’imposer de nouveau comme l’une des plus importantes foires d’art contemporain. Interview.

Quelques questions à Thierry Ehrmann, président fondateur de Artprice, leader international de la cotation du marché de l’art sur Internet.

01men. : l’art contemporain connaît-il la crise ?

Thierry Ehrmann : l’art contemporain a effectivement connu une crise sur les artistes stars comme Jeff Koons ou Damien Hirst, pour lesquels les enchères millionnaires ont subi de fortes corrections à la baisse. Cependant, les artistes américains, européens et chinois dont les prix d’oeuvres oscillent entre 15 000 et 100 000 euros n’ont connu qu’une crise mineure, voire ont continué à progresser. Historiquement, il ne faut pas oublier que l’art est le plus vieux marché à l’échelle mondiale. Il constitue toujours une valeur refuge en temps de crise économique.

Qui achète l’art aujourd’hui ?

Alors qu’on comptait environ 500 000 collectionneurs d’art à la sortie des années 1950, on enregistre aujourd’hui à près de 50 millions d’ art consumers . La moyenne d’âge des acheteurs a elle aussi évolué passant de 55 ans en période d’après-guerre à 30-35 ans aujourd’hui. L’émergence de nouveaux artistes et de nouveaux « médiums » comme la photographie ont permis une démocratisation progressive du marché. De nos jours, un cadre prêt à investir entre 15 000 et 18 000 euros peut parfaitement se constituer une belle collection de photographies plasticiennes.

Pouvez-vous nous donner une fourchette de prix (estimative) pour les oeuvres présentées à la Fiac cette année ?

Pour donner un ordre d’idées, on peut trouver des oeuvres de grands maîtres de la photographie à partir de 800 à 1 500 euros. Pour une peinture, les premiers prix se situent en moyenne entre 5 000 et 7 000 euros même si certaines toiles s’envolent à 500 000 voire 800 000 euros. Enfin, pour les sculptures et installations, les prix de départ oscillent entre 8 000 et 12 000 euros.

Qu’est-ce qui vous frappe dans le choix des oeuvres cette année ?

C’est l’année du grand retour de la Fiac avec une édition très dynamique, très festive. Dans un climat économique extrêmement morose, la Fiac a réussi un tour de force en s’imposant de nouveau comme l’une des plus importantes – voire la plus importante – foire d’art contemporain. Il y a cinq ans on prédisait que la Frieze Art Fair de Londres allait la mettre à mort. Cela n’a pas été le cas. Au contraire. La Fiac est parvenue à se démocratiser sans tomber dans la vulgarité.

Qu’est-ce qui peut expliquer cette montée en puissance de l’art contemporain ?

Dans un monde de plus en plus normalisé, l’art représente l’un des derniers secteurs dans lequel peut s’exprimer notre besoin d’unicité. D’où cet engouement collectif. Durant ces vingt dernières années, il s’est créé plus de musées d’art contemporain dans le monde qu’au cours de tout le XXe siècle ! En outre, le rythme de la production artistique s’est accéléré. Les artistes sont de plus en plus nombreux et produisent de plus en plus vite. Pour prendre un exemple : dans les années 1950, il fallait prévoir un an de séchage pour une toile réalisée à la peinture à l’huile. Aujourd’hui, les toiles peintes à l’acrylique sèchent en une journée. Cette évolution technique a contribué à rendre les prix accessibles aux amateurs.

Pouvez-vous nous citer quelques noms d’artistes émergents parmi les plus spéculatifs du marché ?

Robert Combas et Yan Pei-Ming sont les deux artistes dont la cote explose littéralement en ce moment sur le marché de l’art contemporain. Sinon, pour ne citer que quelques noms, Gretchen Ryan, Eleni Kamma, Fréderic Leglise, Pierre Ardouvin, Benoit Platéus, Mick Peter, Cyprien Gaillard (nommé pour le prix Duchamp 2010) et Céleste Boursier-Mougenot (également nommée pour le prix Marcel Duchamp 2010) seront parmi les incontournables de cette édition 2010.

copyright ©2010 01men

Publicités

octobre 20, 2010 - Posted by | Artprice, La Revue de Presse | , , , , , ,

Aucun commentaire pour l’instant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :