Presse(s) Materia prima

———-)|(———-

La mort du « Chaos » ?

La mort du « Chaos » ?

Dominique Garandet

Branle-bas de combat à Saint- Romain-au-Mont-d’Or. La Demeure du Chaos, brouillamini cataclysmique, oeuvre au noir eschatologique enfantée dans la douleur par Thierry Ehrmann, doit être réduite a néant Dans un arrêt sans appel, la Cour de cassation a tranche l’homme d’affaires devra remettre dans son état d’origine ce no man’s land apocalyptique
Une des aventures artistiques les plus fortes du XXIe siècle selon le New York Times se voit donc brutalement interrompue, dix ans après sa « déconstruction » La remise en état de la Demeure du Chaos signifie donc la destruction intégrale des 3 123 oeuvres d’art produites par Thierry Ehrmann et son collectif d’artistes
Situé dans un village « chic » de la banlieue lyonnaise, cet anti- Palais idéal est un ancien relais de poste du XVIIe siecle transformé en demeure alchimique inspirée de Fulcanelli, magistral et énigmatique auteur du Mystère des cathédrales. La Demeure du Chaos voit le jour le 9 décembre 1999, « dans le désordre des sens », et vit depuis au rythme de l’énergie pure Président du groupe Serveur et d’Artprice.com, Ehrmann supervise le travail d’une quarantaine de plasticiens qui ont transformé le bâtiment en un symbole apocalyptique, post 11-Septembre, aux murs calcinés et recouverts de portraits de Ben Laden ou de Fidel Castro
Immense musée à ciel ouvert gratuit s’étendant sur 12 000 m2, la Demeure du Chaos a l’apparence d’un vaste décor cauchemardesque et hallucinant composé de vestiges de météorite, hélicoptères éventrés, squelettes calcinés de voitures ou d’avions, sculptures menaçantes de ferrailles rouillées, enchevêtrements de poutrelles lépreuses et de structures en béton.
Le non-respect des règles d’urbanisme, ainsi que le mécontentement de certains habitants du village (classé) ont incité le maire, Pierre Dumont, à porter plainte auprès de la justice en 2004. A l’issue d’une longue procédure, la cour d’appel de Grenoble a condamné Ehrmann, le 16 décembre 2008, à une amende de 30 000 euros et lui a donné neuf mois pour remettre les lieux dans leur état d’origine
L’homme d’affaires s’était alors pourvu en cassation Mais, le 15 décembre dernier, la chambre criminelle de la Cour de cassation a rejeté son pourvoi, rendant définitive la décision grenobloise. La Demeure du Chaos doit être frappée par le syndrome du World Trade Center et transformée en champ de ruines Thierry Ehrmann dénonce un « négationnisme » artistique et va porter son conflit devant la Cour européenne des droits de l’homme. Selon lui, la Demeure est entrée dans l’histoire de l’art : de nombreux ouvrages et revues du monde entier l’attestent. « Avec plus d’un millier de reportages de presse écrite et télévisuelle dans plus de 72 pays, cette « factory » à la française est devenue incontournable »
L’antre d’Ehrmann est indiscutablement devenue une oeuvre d’art La justice peut-elle imposer sa destruction ? Cette bataille rappelle l’affaire Brancusi, dans les années 20, où la justice fut confrontée a la question du statut de l’oeuvre d’art La Cour de cassation est-elle compétente pour juger ce genre d’affaire ?
120 000 visiteurs convergent, chaque année, vers le fatras alchimique de Thierry Ehrmann N’en déplaise aux thuriféraires de la norme, sa demeure dantesque représente un dernier refuge pour des artistes désireux de prolonger son oeuvre prométhéenne Une ruche bourdonnante en résonance avec le mouvement perpétuel du monde et de son actualité… chaotique.

MERCREDI 23 DECEMBRE 2009
copyright ©2009 La Montagne
copyright ©2009 Le Journal du Centre

Publicités

janvier 4, 2010 Posted by | 103528 | , , , , , , , , | Laisser un commentaire

La Demeure du chaos doit être remise en état, point final

Accueil > Votre Région > Le Rhône > Rhône
Justice

La Demeure du chaos doit être remise en état, point final

le 16.12.2009 16h36

Saint-Romain-au-Mont-d’Or. Après cinq ans de marathon judiciaire, la cour de cassation rejette le pourvoi de Thierry Ehrmann qui s’en remet maintenant au droit européen

La pierre des Monts d’Or l’a finalement emporté sur le chaos du monde. Mardi, la cour de cassation a rejeté le pourvoi de Thierry Ehrmann, ce qui rend définitif l’arrêt rendu en décembre 2008 par la cour d’appel de Grenoble. Lequel ordonnait à Ehrmann de remettre en état non pas l’ensemble de la demeure, mais, nuance, la façade et les murs extérieurs. Ce qui est visible depuis la rue en somme. Mais c’est déjà pas mal pour cette propriété qui occupe 12000 m2 en plein centre de Saint-Romain-au-Mont-d’Or. Et qui revendique 3123 œuvres dûment répertoriées, depuis l’un des innombrables portraits dessinés dans les murs, jusqu’à cette dernière trouvaille, une tête de mort de trois mètres de haut, réplique d’un crâne retrouvé dans les ruines d’un temple protestant situé au fond du jardin.
Bref, jamais l’étau ne s’est autant resserré depuis fin 2004, date de la première plainte de la mairie. Maintenant que le droit français est épuisé, il ne resterait plus que la juridiction européenne pour éviter à la demeure un retour à son état architectural d’origine : un relais de poste du XVIIIe siècle tout en pierre des Monts d’Or. De la pierre bien dorée. Ni noircie par des fragments de météorite, ni rougie par des coulées sanguinolentes.
Pas de champagne hier à la mairie, mais un certain soulagement : « Force est restée à la loi » a commenté sobrement Françoise Revel, maire de Saint-Romain-au-Mont-d’Or, village classé de 1100 habitants où il faut l’avis de l’architecte des bâtiments de France avant de repeindre ses volets. Soulagée Mme le maire, mais aussi soucieuse de la suite des événements : « Thierry Ehrmann m’avait prévenu depuis un moment qu’il saisirait la cour européenne des droits de l’homme. Mais cette fois, ce ne sera pas suspensif ».
« Faux » réplique tout naturellement l’intéressé qui estime au contraire à une décennie le temps qu’il faudra pour explorer le droit européen. « La seule chose qui change, c’est que ce n’est plus moi contre la mairie de Saint-Romain, mais contre la France ». Alors qu’on l’imaginait bouillant de colère et les poings serrés, Thierry Ehrmann était hier étonnamment calme : « J’attends de voir les motivations de la cour de cassation qui a délibéré très vite. J’en déduis que le droit de l’urbanisme s’impose sur la liberté d’expression, et qu’une œuvre d’art doit s’inscrire dans un processus accepté par le contrat social. Mais une œuvre d’art ne l’est plus si elle entre dans les règles d’urbanisme. Ma demeure n’est pas une œuvre violente. Elle n’incite pas à la haine et ne trouble pas l’ordre public. Je prends donc cet arrêt comme une chance d’aller plaider devant la cour européenne ».

Xavier Breuil

Dix ans dont cinq dans l’arène judiciaire

9 décembre 1999
Naissance de la Demeure du chaos. Jusqu’au printemps 2004, tout se passe à l’intérieur et rien n’est visble depuis l’extérieur.

Août 2004
Au retrour des vacances, les habitants de Saint-Romain-au-Mont-d’Or découvrent médusés la transformation extérieure de la Demeure : murs éventrés, portraits provocateurs, coulées sanguinolentes… En décembre 2004, le maire Pierre Dumont porte plainte.

10 novembre 2005
L’affaire est renvoyée devant le tribunal correctionnel de Lyon qui condamne Ehrmann à une amende de 20000 euros et à remettre en état sa propriété. Ehrmann fait appel. Et passe la vitesse supérieure dans la transformation de sa demeure.

13 septembre 2006
Trois mois après l’audience, la cour d’appel de Lyon rend un arrêt favorable à Ehrmann et n’ordonne pas la remise en état de la Demeure. Son propriétaire est quand même condané à payer 200000 euros d’amende. Le parquet et la mairie de Saint-Romain-au-Mont-d’Or se pourvoient en cassation.

Décembre 2007
La cour de cassation annule l’arrêt de la cour d’appel de Lyon et renvoie l’affaire devant la cour d’appel de Grenoble.

16 décembre 2008
La cour d’appel de Grenoble ordonne la remise en état de la façade et des murs extérieurs. Ehrmann se pourvoit en cassation.

Copyright ©2009 Le Progrès . fr

décembre 18, 2009 Posted by | 103528 | , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Demeure du chaos : le jugement dernier ?

BREVE

Demeure du chaos : le jugement dernier ?
Posté le 17/12/2009 à 14:49
Hier, la cour de cassation a rejeté la demande de Thierry Ehrmann. Il devra remettre en état l’extérieur de la Demeure du chaos (12 000m2) qui se trouve à Saint-Romain-au-Mont-d’or. La bâtisse a commencé à muter en 1999, de façon discrète, mais c’est véritablement en 2004 que l’affaire éclate au grand jour avec des transformations extérieures. C’est à cette date que le maire a décidé de saisir la justice. L’arrêt rendu par la cour d’appel de Grenoble en décembre 2008 est donc définitif. Jusqu’au-boutiste, Ehrmann a décidé de saisir la cour européenne des droits de l’homme.
J.C.

copyright ©2009 LyonCapitale

décembre 17, 2009 Posted by | 103528 | , , , , , , , | Laisser un commentaire