Archives pour la catégorie Petition

Demeure du Chaos: Ehrmann refuse de se rendre…

Demeure du Chaos: Ehrmann refuse de se rendre…
Écrit par Gérald Bouchon
Jeudi, 17 Décembre 2009 16:16
La cour de cassation a rejeté le pourvoi de Thierry Ehrmann. L’homme d’affaires devra remettre en état l’extérieur de la Demeure du Chaos à Saint-Romain-au-Mont-d’or. La bâtisse, siège du Groupe Serveur avait commencé à muter en 1999, de façon discrète.

C’est véritablement en 2004 que la mutation éclate au grand jour avec les…

transformations extérieures de l’ancien relai de poste XVIIème siècle. Le maire de lépoque Pierre DUMONT avait alors décidé de saisir la justice. L’arrêt rendu par la cour d’appel de Grenoble en décembre 2008 est donc définitif.

Il impose à l’homme d’affaires la remise de la bâtisse à l’état initial. Mais Ehrmann n’est pas du genre à baisser les bras: il a décidé de saisir la cour européenne des droits de l’homme.

copyright ©2009 Lyon Première

Publicités

La cour de Cassation ordonne la remise en état de la « Demeure du Chaos »

La cour de Cassation ordonne la remise en état de la « Demeure du Chaos »

En savoir plus
Thierry Ehrmann, président du groupe Serveur et d’Artprice.com, et sculpteur [17.03.2006]
Les dix personnalités de l’année [19.01.2007]
Thierry Ehrmann condamné à remettre en état la Demeure du Chaos [17.12.2008]
LYON [17.12.2009] – La cour de Cassation a confirmé l’arrêt de la cour d’appel de Grenoble qui avait condamné Thierry Ehrmann à remettre en l’état « la Demeure du Chaos ». L’homme d’affaires et artiste compte poursuivre le combat devant la Cour européenne des droits de l’homme.

L’invocation du droit moral de l’artiste n’aura pas suffi à convaincre la cour de cassation. Celle-ci vient de confirmer, dans un second pourvoi, l’arrêt de la cour d’appel de Grenoble qui avait ordonné la remise en état de « la demeure du Chaos » , se plaçant sur le terrain du droit de l’urbanisme.

Ce relais de poste du XVIIe, situé dans une commune rurale de la banlieue lyonnaise, résidence de l’homme d’affaires Thierry Ehrmann ( fondateur d’Artprice ) et siège de son entreprise, a été transformé au fil du temps, depuis 1999, en une « oeuvre au noir se nourrissant du chaos alchimique de notre XXIe siècle, tragique et somptueux dont les braises naissent le 11 Septembre » selon les termes de l’artiste. Celui-ci met en avant par ailleurs, le grand nombre de visiteurs qui se rendent dans un lieu « quasi muséal » .

La bataille judiciaire a débuté en 2004, avec la plainte du maire, furieux de la dégradation visible de l’extérieur d’un bâtiment ancien.

Thierry Ehrmann a indiqué dans un communiqué, qu’il comptait poursuivre le combat judiciaire devant la Cour européenne des droits de l’homme, se fondant sur la liberté d’expression de l’artiste.

copyright ©2009 artclair.com

La Justice ordonne réparation de la Demeure du Chaos

17/12/2009

La Justice ordonne réparation de la Demeure du Chaos

JUSTICE – Thierry Ehrmann va devoir remettre dans son état d’origine la façade extérieure et les murs d’enceinte de sa demeure. Depuis dix ans, l’homme d’affaires et plasticien auto-proclamé de Saint-Romain aux Monts d’Or, village classé des environs de Lyon, les avait tranformés, éventrés, malmenés, travaillés, détournés, en compagnie d’artistes. Il construisait sa « Demeure du Chaos »., oeuvre plastique de plus en plus intéressante, mais accessoirement en infraction avec le code de l’urbanisme. La Cour de cassation a confirmé mardi le dernier arrêt rendu dans ce dossier, ce qui rend la décision définitive…
La « Demeure du Chaos » est à l’origine un ancien relais de poste du XVIIe siècle, « déconstruit » par son propriétaire, Thierry Ehrmann, président du groupe Serveur (banques de données) et d’Artprice.com (cotation en ligne d’oeuvres d’art), qui donne cette définition de sa démarche : une « oeuvre au noir se nourrissant du chaos alchimique de notre 21e siècle, tragique et somptueux dont les braises naissent le 11 Septembre ». Depuis 1999, Ehrmann supervise le travail de dizaines d’artistes qui se relaient, viennent en résidence, pour transformer la bâtisse en symbole apocalyptique, aux murs calcinés et recouverts de portraits de Ben Laden ou encore Fidel Castro. A la suite d’une plainte en 2004 du maire de son village, Thierry Ehrmann avait été condamné en premier instance à Lyon à remettre en état, mais la décision avait été cassé en appel, les magistrats prononçant une amende sans obligation de réparer.
L’arrêt ayant été cassé, la cour d’appel de Grenoble en a rendu un nouveau le 16 décembre 2008, jugeant que l’oeuvre enfreignait le code de l’urbanisme. Elle avait condé Ehrmann à une amende de 30.000 euros, en lui donnant neuf mois pour remettre les lieux dans leur état d’origine. Il s’était alors à son tour pourvu en cassation. La chambre criminelle de la Cour de cassation a rejeté son pourvoi, rendant définitive la décision grenobloise. « Cette décision, estime thierry Ehrmann, porte atteinte à sa liberté d’expression et dans le fait qu’il ne peut pas être soumis à la seule réglementation du Droit de l’Urbanisme, l’expression artistique étant un droit national et universel depuis la nuit des temps. »

D’un point de vue juridique, la procédure française est terminée. Elle est allée au bout. Les seuls recours sont désormais européens, et Thierry Ehrmann annonce qu’il va s’engager dans cette voie là. « Ce procès historique, explique-t-il avaec un sens rôdé de la mesure, sera plaidé devant la Cour Européenne des Droits de l’Homme dans le cadre de l’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme sur la liberté d’expression. La jurisprudence sur cet article a régulièrement fait condamner la France.»

Olivier BERTRAND

Le site de la Demeure du Chaos : http://www.demeureduchaos.org/

copyright ©2009 Liberation

Artprice : toujours sur un siège éjectable

« La demeure du Chaos », le siège d’Artprice à Saint-Romain-au-Mont-d’Or à l’Ouest de Lyon, est toujours dans le collimateur de la justice. Thierry Ehrmann, patron du groupe et créateur du site, a indiqué hier soir que la Cour de Cassation a demandé « la destruction des 3.123 oeuvres d’art formant le corpus de la Demeure du Chaos ». La Cour a rejeté le pourvoi formé par Thierry Ehrmann contre l’arrêt de la Cour d’Appel de Grenoble rendu il y a un an presque jour pour jour, qui concluait que le site était contraire au code de l’urbanisme et exigeait une remise en son état original.

La prochaine étape ? La Cour Européenne des Droits de l’Homme. « Depuis 1999, soit 10 ans, la Mairie de Saint-Romain-au-Mont-d’Or s’acharne dans son négationnisme artistique et persiste à demander la remise en état du bâtiment, ce qui signifie tout simplement la destruction intégrale de La Demeure du Chaos », commente Thierry Ehrmann, qui va s’appuyer sur l’article 10 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme sur la liberté d’expression pour plaider sa cause, en soulignant que « la jurisprudence sur cet article a régulièrement fait condamner la France ».

(C) Finance Plus

copyright ©2009 Challenges.fr

La Demeure du Chaos condamnée en appel

16.12.2009
La Demeure du Chaos condamnée en appel

Clap de fin… peut-être ! Après des années de procédures judiciaires, la chambre criminelle de la Cour de Cassation vient de rendre un arrêt ce 15 décembre demandant la remise en état du site qui abrite quelque 3 000 « oeuvres d’art » formant la désormais célèbre Demeure du Chaos à Saint-Romain-au-Mont-d’Or, dans le Rhône.

On se souvient que cette Demeure, créée par l’homme d’affaires et fondateur de Art Price Thierry Ehrmann et ouverte au public, fait l’objet d’une violente polémique depuis une décennie, la municipalité locale n’ayant de cesse que les lieux, qu’elle juge saccagés, soient remis en état. Il faut dire que l’endroit où sont exposées ces oeuvres censées « se nourrir du chaos alchimique de notre 21e siècle, tragique et somptueux » est un ancien relais de poste du XVIIe siècle, défiguré par des enchevêtrements de carcasses de chars et de voitures calcinées. Une vision apocalyptique qui n’est pas du goût de tous, en particulier des riverains de cette petite commune résidentielle de la région lyonnaise. L’un d’entre eux a même tenté une riposte symbolique en ouvrant une « Maison de l’Eden ».

L’arrêt de la Cour de Cassation porte un rude coup à Thierry Ehrmann et ses nombreux soutiens qui affirment avoir réalisé là une « nouvelle Factory », à l’image de l’atelier d’Andy Warhol… Certes, l’arrêt se fonde sur des arguments d’urbanisme, et non sur des considérations culturelles. Mais j’ai toujours pensé qu’il est plus facile en art de verser dans la destruction, le morbide et le désastre que dans les valeurs positives de l’existence. La disparition éventuelle de la Demeure du Chaos ne m’apparaît donc pas comme un acte irréparable… Décidé à se battre jusqu’au bout, Thierry Ehrmann n’exclut pas de former un recours contre la France auprès de la Cour Européenne des droits de l’homme, jugeant que cet arrêt porte atteinte à sa liberté d’expression.

copyright ©2009 Délire de l’art

La maison du chaos devra être remise en état

16-12-2009 18:47
La maison du chaos devra être remise en état
La cours de cassation tacle la « demeure du chaos ». Thierry Ehrmann va porter l’affaire devant la cour Européenne des Droits de l’Homme.
La « demeure du chaos »

La « demeure du chaos »

Photo : X.T/Metro

La cours de cassation a ordonné mardi la remise en état de la « demeure du chaos » à Saint-Romain-au-Mont-d’Or. Elle confirme ainsi un arrêt de la cour d’appel de Grenoble qui avait estimé en 2008 que la maison enfreignait le code de l’urbanisme.

L’homme d’affaires et plasticien Thierry Ehrmann, Pdg d’Art Price.com supervise depuis dix ans le travail d’une quarantaine d’artistes qui ont transformé ce relais de poste du XVIIe en un ensemble d’œuvres contemporaines et apocalyptiques. Les portraits de Ben Laden et d’Ahmadinejad côtoient des murs calcinés, des compressions de véhicules et même une carcasse d’hélicoptère.

« Je suis immensément triste, cela veut dire que la justice considère que le droit à l’urbanisme est supérieur à la notion d’œuvre » a réagit Thierry Ehrmann qui va porter l’affaire devant la cours Européenne des Droits de l’Homme estimant que « la liberté d’expression est violée par la France ». Il considère même que son combat juridique devient « une performance artistique qui a du sens ».

En 2003, le maire de Saint-Romain avait porté plainte contre Ehrmann, lui reprochant d’avoir effectué ces travaux sans déclaration préalable et exigeant la « remise en état des lieux ». En première instance le tribunal de Lyon avait donné raison à Thierry Ehrmann. Jugement infirmé en 2007 par la cours d’appel de Lyon puis cassé et renvoyé devant la cours d’appel de Grenoble.

Jean-Baptiste Labeur
Metrofrance.com, à Lyon

copyright ©2009 MetroFrance

La «Demeure du Chaos» va retrouver son aspect d’origine

La «Demeure du Chaos» va retrouver son aspect d’origine

L’homme d’affaires et plasticien, Thierry Ehrmann, qui avait transformé un ancien relais de poste du XVIIe siècle, situé près de Lyon, en «Demeure du Chaos» va devoir tout remettre en l’état, a annoncé la cour de cassation.

La cour de cassation a tranché. L’homme d’affaires et plasticien Thierry Ehrmann va devoir restaurer sa «demeure du Chaos» afin qu’elle retrouve son aspect d’origine. Situé à Saint-Romain-au-Mont-d’Or près de Lyon, la «Demeure du Chaos» est un ancien relais de poste du XVIIe siècle, qui depuis 1999 a été transformé en un symbole apocalyptique, aux murs calcinés et recouverts de portraits de Ben Laden ou encore Fidel Castro.
La cour de cassation s’est donc ralliée à la cour d’appel de Grenoble, qui avait jugé fin 2008, cette œuvre comme une infraction au code de l’urbanisme condamnant Thierry Ehrmann à une amende de 30.000 euros et lui donnant neuf mois pour remettre les lieux dans leur état d’origine.

(16/12/2009)

copyright ©2009 BatiActu