Archives du mot-clé maire

thierry Ehrmann: En avant première, le classement N°7 exclusif de Avril 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon

thierry Ehrmann: En avant première, le classement N°7 exclusif de Avril 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon.

thierry Ehrmann: En avant première, le classement N°7 exclusif de Avril 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon

thierry Ehrmann: En avant première, le classement N°7 exclusif de Avril 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon

Classement Avril 2014 – N°7 (chiffres relevés le 27 mars 2014 entre 10:30 et 11:30)

Pour rappel : Le Journal des Arts (Artnewspaper, Il Giornale del Arte… etc.) qui est la Bible de l’actualité de l’art et de son marché à travers le monde a établi un palmarès des grandes villes d’art. Les vainqueurs sont Lyon, en tête, suivie de Bordeaux puis Strasbourg.

Pour l’Engagement Logarithmique (implication des membres sur l’acteur culturel), la Demeure du Chaos conforte amplement son passage des 100 000 «J’aime» correspondant, dans le cadre des acteurs culturels, à un niveau d’échelle européenne. Pour autant son Engagement Logarithmique progresse à un très haut niveau : 85 pour 134 796 «J’aime». Pour information, moins de 10 musées nationaux dépassent les 100 000 «J’aime» avec un Engagement Logarithmique >80.
Comme prévu les Nuits Sonores connaissent une très forte accélération de par leur implication dans les réseaux sociaux. Quant aux Nuits de Fourvière, elles dépassent ce mois ci le Ninkasi en étant n°6.

Le Musée des Beaux-Arts de Lyon connait une progression constante tant en nombre de «J’aime» qu’en progression de l’Engagement Logarithmique de par sa présence sur les réseaux sociaux à sa dimension muséale dont la réputation est internationale. Comme l’analyse de notre classement l’avait prévu il y’a plusieurs mois, le Musée des Beaux-Arts de Lyon dépasse sans contestation possible la Fête des Lumières et devient désormais le n° 2 avec une solide avance.

La compétition se situe désormais entre la Demeure du Chaos et le Musée des Beaux-Arts de Lyon, avec la possibilité que ce dernier soit n° 1 provisoirement car attention, le Musée des Confluences (ouverture fin 2014) va rentrer dans la compétition très prochainement et sera le poids lourd du classement.

Une analyse poussée tant sur le Grand Lyon que sur les acteurs culturels nationaux démontre sans ambiguïté sur le secteur de la Culture que Facebook est le seul réseau social à être corrélé au volume de visiteurs. A contrario d’autres secteurs, Twitter et Google+ ne constituent pas un référent fiable pour mesurer l’empreinte des réseaux sociaux. Une étude très conséquente du Journal des Arts où sociologues, conservateurs et analystes considèrent Facebook comme le marqueur indiquant la mutation du Musée et la corrélation avec le nombre de visiteurs.

Chaque jour, un grand media national mesure à partir de Facebook un secteur économique ou un classement de personnalités publiques.
Un exemple récent nous est donné par le classement du baromètre Augure.com qui classe les maires les plus influents sur Internet avec Christian Estrosi, Maire de Nice en n° 1 et Gérard Collomb, Maire de Lyon en n° 3, et qui apparaît en n° 1 dans le classement national des Maires socialistes.

Nous avons donc pris les 20 acteurs culturels du Grand Lyon qui sont par nature de véritables marqueurs et E.R.P (Etablissement Recevant du Public). Nous avons volontairement choisi les Beaux-Arts, l’Art Contemporain, le Théâtre, la Danse, la Musique, le Cinéma, Le Livre.

Ce classement exclusif met en lumière, la politique culturelle du Grand Lyon sur une période prolongée. La méthodologie retenue a été de prendre l’intégralité des évènements et/ou acteurs culturels et de ne garder que ceux qui possèdent une page officielle Facebook.
Une abondante littérature sur les réseaux sociaux et la culture nous permettent de mois en mois d’affiner nos classements et notations. Le «J’aime», selon les principaux bureaux d’études, constitue bien la colonne vertébrale sur Facebook de l’acteur culturel.
On peut noter que la contre-culture véritable, engagée dans un combat arrive au premier rang, face à des machines de guerre dotées d’un budget de plusieurs millions d’euros par an. :-)

Pour terminer, les chercheurs, l’équipe du Musée l’OrgAne et le département d’économétrie du Groupe Serveur et d’Artprice, ont mis en lumière une pertinence par ces classements qui peuvent déranger mais qui n’ont en aucun cas, la volonté d’établir un quelconque classement qualitatif. Ce mois-ci, encore Socialbakers (n°1 mondial de l’analyse sur Facebook) conforte à nouveau les analyses du Groupe Serveur.

Publicités

Résultat officiel : Pierre CURTELIN (conseiller sortant) élu maire de Saint Romain au Mont d’Or sur sa liste unique.

Résultat officiel : Pierre CURTELIN (conseiller sortant) élu maire de Saint Romain au Mont d’Or sur sa liste unique.

– Suffrages – Inscrits : 847 – Abstentions : 43,57% (369 inscrits) – Votants : 56,43% (478 inscrits) – Exprimés : 49,94% * (423 votes) – Blancs ou nuls : 6,49% * (55 votes) * calculé par rapport au nombre d’inscrits.

Lire la suite sur Saint Romain 2014 >>>

Saint Romain au Mont d’Or – 2014 – Une liste unique !!!

ELECTIONS MUNICIPALES 2014 à Saint-Romain-au-Mont-d’Or

Quelle légitimité réelle peut avoir une liste unique constituée notamment de sortants qui ne dévoilent pas leur programme pour le diffuser potentiellement trois jours avant la clôture de la campagne ?
Découvrez la liste unique « Vivre Saint Romain »,  ses candidats et demandez le programme !!

Tous les détails sur l’histoire de  Saint Romain au Mont d’Or passée présente et à venir sur le blog dédié aux municipales 2014 : SAINTROMAIN2014.COM

En exclusivité, les résultats de l’élection municipale 2014 de Saint Romain au Mont d’Or*

La Demeure du chaos revient dans l’arène judiciaire

Sauvée en 2006 par un jugement qui a été depuis cassé, la propriété tant controversée de Saint-Romain-au-Mont-d’Or rejoue aujourd’hui son avenir devant la cour d’appel de Grenoble

Cette habitante de Saint-Romain-au-Mont-d’or voulait peindre ses volets en rouge. Interdit dans ce village classé. « Et Ehrmann, il fait bien ce qu’il veut, non? », s’est alors insurgée cette habitante à la mairie. « C’est tout le temps comme cela. À force de discussion, les gens finissent par se plier aux règles d’urbanisme mais ils ont un mal fou à comprendre qu’on leur impose des choses », explique Françoise Revel, maire de la commune.

En 99, Thierry Ehrmann, patron d’Artprice (site de cotation en ligne d’œuvres d’art) se lance dans son projet de déconstruction de sa propriété, un relais postal du XVIIIe sur 12000 m2 de terrain. À partir de 2004, au retour des vacances d’été, le chaos du monde vient se planter à la vue de tous, sur fond noir et rouge sang, dans la pierre des Monts d’Or : portrait de Ben Laden, murs sanguinolents, carcasse d’avion… Depuis, le plasticien Thierry Ehrmann n’arrête pas. Il y aurait à ce jour 3123 œuvres produites.

Dès 2004, le bras de fer s’engage avec la mairie. Pierre Dumont, alors premier magistrat, n’aura de cesse de marteler deux arguments : on ne peut imposer sa propre vision de l’art et on ne peut s’affranchir des règles d’urbanisme. Après un premier marathon judiciaire, la cour de cassation a annulé l’arrêt de la cour d’appel de juin 2006 qui était favorable à Ehrmann, puisque la demeure était sauvée (lire par ailleurs).

Aujourd’hui, c’est devant la cour d’appel de Grenoble que l’on revient à la case départ. La mairie, où l’équipe sortante conduite par Françoise Revel a été triomphalement réélue avec 71 % des voix, est toujours sur la même position : la remise en état de la Demeure. « L’argent et la notoriété ne sont pas au-dessus des lois. »

Est-ce que le débat va pour autant être juridique aujourd’hui? Certes, Thierry Ehrmann va réitérer que chacune de ses œuvres n’excède pas 40 m3 et 12 mètres de haut, et donc pas soumises à une déclaration. Mais celui qui aime comparer son aventure à celle du facteur Cheval va surtout plaider « la légitimité du grand public » qu’il estime avoir gagnée : « Toute la demeure est ouverte à part la chambre à coucher. Elle ne m’appartient plus. Le public s’en est emparé. Le seul juge, c’est désormais l’histoire de l’art. » Preuve que les débats n’auront pas lieu que dans le palais, Ehrmann a organisé un train spécial pour emmener ses centaines de supporters aujourd’hui à Grenoble. Il faut dire que si les juges décident la remise en état, la Demeure, tellement transformée, sera vouée à la destruction. Dans le village, il ne viendrait alors à plus personne l’idée de peindre ses volets en rouge.

Xavier Breuil

Un bras de fer qui dure depuis 2004
C’est en 2004 que la mairie décide de poursuivre Thierry Ehrmann. La première audience a lieu le 10 novembre devant le tribunal correctionnel qui ordonne la remise en état de la Demeure et condamne Ehrmann à 20 000 euros d’amende. Ce dernier fait appel et l’affaire passe le 9 juin 2006. « Ces constructions blessent le droit », souligne ce jour-là l’avocat général qui requiert la remise en état. Le délibéré tombe le 13 septembre. Ehrmann écope de 200 000 euros d’amende mais la remise en état n’est pas ordonnée et la Demeure sauvée. Dès le lendemain, le parquet général, qui se demande si un juge peut décider de la qualité d’une œuvre d’art, se pourvoit en cassation. Suivi de près par le maire de Saint-Romain. En décembre 2007, la cour de cassation rejette le pourvoi du parquet mais reçoit celui de la mairie et renvoie l’affaire devant la cour d’appel de Grenoble, ce lundi à 14 heures.

X.B

copyright ©2008 Le Progrès
http://www.leprogres.fr/infosdujour/rhone/1057154.html