Archives du mot-clé musée

thierry Ehrmann: En avant première, le classement N°7 exclusif de Avril 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon

thierry Ehrmann: En avant première, le classement N°7 exclusif de Avril 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon.

thierry Ehrmann: En avant première, le classement N°7 exclusif de Avril 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon

thierry Ehrmann: En avant première, le classement N°7 exclusif de Avril 2014 des principaux acteurs culturels du Grand Lyon

Classement Avril 2014 – N°7 (chiffres relevés le 27 mars 2014 entre 10:30 et 11:30)

Pour rappel : Le Journal des Arts (Artnewspaper, Il Giornale del Arte… etc.) qui est la Bible de l’actualité de l’art et de son marché à travers le monde a établi un palmarès des grandes villes d’art. Les vainqueurs sont Lyon, en tête, suivie de Bordeaux puis Strasbourg.

Pour l’Engagement Logarithmique (implication des membres sur l’acteur culturel), la Demeure du Chaos conforte amplement son passage des 100 000 «J’aime» correspondant, dans le cadre des acteurs culturels, à un niveau d’échelle européenne. Pour autant son Engagement Logarithmique progresse à un très haut niveau : 85 pour 134 796 «J’aime». Pour information, moins de 10 musées nationaux dépassent les 100 000 «J’aime» avec un Engagement Logarithmique >80.
Comme prévu les Nuits Sonores connaissent une très forte accélération de par leur implication dans les réseaux sociaux. Quant aux Nuits de Fourvière, elles dépassent ce mois ci le Ninkasi en étant n°6.

Le Musée des Beaux-Arts de Lyon connait une progression constante tant en nombre de «J’aime» qu’en progression de l’Engagement Logarithmique de par sa présence sur les réseaux sociaux à sa dimension muséale dont la réputation est internationale. Comme l’analyse de notre classement l’avait prévu il y’a plusieurs mois, le Musée des Beaux-Arts de Lyon dépasse sans contestation possible la Fête des Lumières et devient désormais le n° 2 avec une solide avance.

La compétition se situe désormais entre la Demeure du Chaos et le Musée des Beaux-Arts de Lyon, avec la possibilité que ce dernier soit n° 1 provisoirement car attention, le Musée des Confluences (ouverture fin 2014) va rentrer dans la compétition très prochainement et sera le poids lourd du classement.

Une analyse poussée tant sur le Grand Lyon que sur les acteurs culturels nationaux démontre sans ambiguïté sur le secteur de la Culture que Facebook est le seul réseau social à être corrélé au volume de visiteurs. A contrario d’autres secteurs, Twitter et Google+ ne constituent pas un référent fiable pour mesurer l’empreinte des réseaux sociaux. Une étude très conséquente du Journal des Arts où sociologues, conservateurs et analystes considèrent Facebook comme le marqueur indiquant la mutation du Musée et la corrélation avec le nombre de visiteurs.

Chaque jour, un grand media national mesure à partir de Facebook un secteur économique ou un classement de personnalités publiques.
Un exemple récent nous est donné par le classement du baromètre Augure.com qui classe les maires les plus influents sur Internet avec Christian Estrosi, Maire de Nice en n° 1 et Gérard Collomb, Maire de Lyon en n° 3, et qui apparaît en n° 1 dans le classement national des Maires socialistes.

Nous avons donc pris les 20 acteurs culturels du Grand Lyon qui sont par nature de véritables marqueurs et E.R.P (Etablissement Recevant du Public). Nous avons volontairement choisi les Beaux-Arts, l’Art Contemporain, le Théâtre, la Danse, la Musique, le Cinéma, Le Livre.

Ce classement exclusif met en lumière, la politique culturelle du Grand Lyon sur une période prolongée. La méthodologie retenue a été de prendre l’intégralité des évènements et/ou acteurs culturels et de ne garder que ceux qui possèdent une page officielle Facebook.
Une abondante littérature sur les réseaux sociaux et la culture nous permettent de mois en mois d’affiner nos classements et notations. Le «J’aime», selon les principaux bureaux d’études, constitue bien la colonne vertébrale sur Facebook de l’acteur culturel.
On peut noter que la contre-culture véritable, engagée dans un combat arrive au premier rang, face à des machines de guerre dotées d’un budget de plusieurs millions d’euros par an. :-)

Pour terminer, les chercheurs, l’équipe du Musée l’OrgAne et le département d’économétrie du Groupe Serveur et d’Artprice, ont mis en lumière une pertinence par ces classements qui peuvent déranger mais qui n’ont en aucun cas, la volonté d’établir un quelconque classement qualitatif. Ce mois-ci, encore Socialbakers (n°1 mondial de l’analyse sur Facebook) conforte à nouveau les analyses du Groupe Serveur.

Publicités

Résultat officiel : Pierre CURTELIN (conseiller sortant) élu maire de Saint Romain au Mont d’Or sur sa liste unique.

Résultat officiel : Pierre CURTELIN (conseiller sortant) élu maire de Saint Romain au Mont d’Or sur sa liste unique.

– Suffrages – Inscrits : 847 – Abstentions : 43,57% (369 inscrits) – Votants : 56,43% (478 inscrits) – Exprimés : 49,94% * (423 votes) – Blancs ou nuls : 6,49% * (55 votes) * calculé par rapport au nombre d’inscrits.

Lire la suite sur Saint Romain 2014 >>>

Saint Romain au Mont d’Or – 2014 – Une liste unique !!!

ELECTIONS MUNICIPALES 2014 à Saint-Romain-au-Mont-d’Or

Quelle légitimité réelle peut avoir une liste unique constituée notamment de sortants qui ne dévoilent pas leur programme pour le diffuser potentiellement trois jours avant la clôture de la campagne ?
Découvrez la liste unique « Vivre Saint Romain »,  ses candidats et demandez le programme !!

Tous les détails sur l’histoire de  Saint Romain au Mont d’Or passée présente et à venir sur le blog dédié aux municipales 2014 : SAINTROMAIN2014.COM

En exclusivité, les résultats de l’élection municipale 2014 de Saint Romain au Mont d’Or*

thierry Ehrmann: l’OPUS IX est le Livre Collector bilingue de la décennie 1999/2013 de la Demeure du Chaos / Abode of Chaos

Opus IX Mutations


thierry Ehrmann:
le combat continue plus que jamais depuis 1999, soit 14 ans de guerre, rien n’est pire que d’opposer aux réacs l’Acte artistique contre leur haine de l’Art et de la Demeure du Chaos, on vous prépare avec amour et passion le Livre Collector bilingue de la décennie 504 pages / 4,5 kg / format carré dos cousu 30 x 30 cm x 5 cm d’épaisseur avec l’Opus IX de 1999 à 2013.

Peut-on encore parler de livre ou plutôt d’un objet magique dans lequel chaque page est une narration inédite de la Demeure du Chaos avec un regard onirique que vous n’avez jamais vu.

Il comprendra, outre mes écrits, plus de 2 700 photos, planches et projets inédits de 1999 à 2013 des 4509 œuvres, ainsi que des notes de près de 70 intervenants, Historiens de l’art, Plasticiens, Commissaires d’expositions, Critiques d’art, Conservateurs de musées, Philosophes, Écrivains, Sociologues, Anthropologues et Professeurs de droit avec un ensemble de documents de première main (sources primaires).

thierry Ehrmann: we put all our passion and folly into preparing this French-English Collector, the book of the decade: 504 pages / 4.5 kg / Square format – Edition bound – 11.8 in. x 11.8 in. and 1.97 inch-thick – includes the Opus IX from 1999 to 2013.

Is it to be considered a book? Or is it a magic object, each page of which being an original narrative of the Abode of Chaos rendered in a ground-breaking dreamlike vision.

In addition to my accounts, you will discover over 2,700 unseen-before photographs, sketches and projects dating from 1999 to 2013 of the 4,509 art works; there will also be notes by close to 70 contributors –art historians and critics, artists, exhibition and museum curators, philosophers, writers, sociologists, anthropologists and Law School professors– and a set of firsthand documents (primary sources).

To be released in bookstores, at the Abode of Chaos and Amazon in early March 2013. Icing on the cake: the public price will be €29.90 at the Abode of Chaos and with Amazon, for 18 months of non-stop, passionate work.

OPUS IX 1999 2003 la Demeure du Chaos Abode of Chaos par thierry ehrmann

OPUS IX 1999 2003 la Demeure du Chaos Abode of Chaos par thierry ehrmann

Sortie en librairie, à la Demeure du Chaos et sur Amazon début mars 2013. Cerise sur le gâteau son prix public est de 29,90 euros avec Amazon pour 18 mois de travail et de passion non stop (mention spéciale pour Marc, Audrey et Kurt qui atteignent des sommets en créa !)

thierry Ehrmann

«Au départ, j’ai habité la Demeure du Chaos, puis c’est elle qui m’a habité»

De 1999 à 2010, la Demeure du Chaos est passée du Domaine de la Source, maison bourgeoise du XVIIe siècle, à une œuvre apocalyptique une fois sa déconstruction achevée.
Mario del Curto

L'illustré - Demeure du Chaos

Edition n°10 du 10.03.2010 > LE REPORTAGE La Demeure du Chaos, un lieu qui dérange

Le reportage
Musée, œuvre d’art, ode à l’anarchie et symbole de liberté artistique, la Demeure du Chaos dérange depuis dix ans le calme de Saint-Romain-au-Mont-d’Or, un village près de Lyon. Son sulfureux propriétaire, le plasticien et PDG Thierry Ehrmann, vient de remporter une bataille: condamnée à la destruction par l’Etat français, elle pourrait bien être sauvée par la Cour européenne des droits de l’homme. Visite des lieux…
Par Marie Mathyer

Saint-Romain-au-Mont-d’Or, un paisible village à 15 kilomètres au nord de Lyon. Deux gamins sur des vélos dévalent une rue déserte. Quelque part derrière les haies touffues qui dissimulent des villas cossues, un jardinier fait vrombir sa tronçonneuse.

Pourtant, au 17, rue de la République, il y a comme un malaise. L’impression étrange d’avoir traversé le miroir pour se retrouver dans un no man’s land, à mi-chemin entre le squat punk et les ruines de l’Apocalypse. Les thuyas deviennent des murs, des remparts attaqués par une armée de tagueurs enragés. Sur les pierres barbouillées de noir, des graffiteurs ont brossé des visages d’activistes, philosophes ou dictateurs. Dans la cour, un hélicoptère s’est crashé à côté d’un navire échoué. La carlingue d’un avion de combat achève de rouiller sur l’arête du cratère d’une météorite. Sur les façades éventrées de la maison, des coulures de lave et un entrelacs hypnotisant de symboles alchimiques, de chiffres cryptiques, de salamandres géantes apposées au pochoir. Derrière la grille d’entrée, une silhouette râblée, toute de noire vêtue. Jean et pull, boots de combat aux pieds. Charisme magnétique, regard intense. Deux cicatrices, des scarifications, sur la joue gauche et, sur la nuque rasée, une fine tresse. L’homme s’appelle Thierry Ehrmann, 48 ans, et le lieu, la Demeure du Chaos, est un musée à ciel ouvert: 3123 œuvres d’art contemporaines pour 120 000 visiteurs chaque année.

Liberté d’expression

A Saint-Romain-au-Mont-d’Or, forcément, le lieu dérange autant qu’il attire. Ses détracteurs y voient un affront à la sérénité du village, aux règles de la bonne cohabitation. Depuis dix ans, ils demandent aux tribunaux de contraindre Thierry Ehrmann à démonter ses installations pour les rendre conformes au plan local d’urbanisme. Depuis dix ans, l’artiste plasticien, déjà surnommé Facteur Cheval du XXIe siècle, se bat au nom de la liberté d’expression. En décembre dernier, la justice française a tranché: la Demeure du Chaos doit être remise en état. Mais Thierry Ehrmann et ses supporters n’ont pas dit leur dernier mot. Ils ont obtenu d’aller plaider leur cause l’année prochaine devant la Cour européenne des droits de l’homme. Ils espèrent y faire reconnaître la dimension artistique de ce corpus d’œuvres.

«La Demeure du Chaos est un univers autarcique, mais je m’enferme volontairement dans ce huis clos onirique»
Thierry Ehrmann

Et si Thierry Ehrmann tient tant à sauvegarder son palais, c’est que la Demeure du Chaos n’est pas qu’un musée ou une résidence d’artistes. C’est aussi son lieu d’habitation et le siège social de son entreprise: le Groupe Serveur, pionnier des banques de données sur l’internet, et Artprice.com, leader mondial de la cotation d’œuvres d’art. Le destin du propriétaire et celui de sa chose sont intrinsèquement liés. «Au départ, j’ai habité dans la Demeure du Chaos, puis c’est elle qui m’a habité», analyse-t-il en parcourant son domaine au pas de charge.

Un destin unique

En 1988, quand Thierry Ehrmann acquiert cette maison bourgeoise du XVIIe siècle, la bâtisse s’appelle le Domaine de la Source. Le nouveau maître des lieux, enfant du pays, n’a alors que 26 ans et déjà quelques qualificatifs qui lui collent à la peau: juriste et théologien, fils d’un polytechnicien proche de l’Opus Dei, anarchiste, plus jeune franc-maçon de l’Hexagone, plasticien sculpteur et PDG millionnaire, classé parmi les 500 plus grandes fortunes de France. Thierry Ehrmann est aussi un épicurien. Il vivra onze ans au domaine en heureuse bigamie avec ses deux femmes, Nadège et Jo, et avec ses fils, Kurt et Sydney, avant de se lasser du luxe de son château. «Un jour, je regarde là où je vis, où tout n’est que luxe, calme et volupté, pierres dorées et abondance de biens, et je me dis: je vire côte ouest américaine, je deviens un sale con embourgeoisé», se souvient-il aujourd’hui. Alchimiste convaincu, le plasticien décide donc de transformer la matière: le 9 décembre 1999, le Domaine de la Source devient la Demeure du Chaos. Caprice de nanti? «Non, rétorque Luc, fidèle bras droit et presque maman (il veille à ce que son boss n’ait pas froid, ferme son gilet, lui fournit ses bonbons Ricola). C’était comme une pulsion pour lui, un besoin. Il fallait qu’il laisse sortir ce qu’il a dans ses tripes.»

Révolte et guerre permanente

Maniacodépressif, Thierry Ehrmann utilise son énergie permanente et démesurée, symptôme de sa maladie, pour forger une maison-œuvre à son image: connectée et disjonctée. «Cet endroit, rigole le plasticien, c’est une psychothérapie majeure!» L’homme se réclame d’ailleurs de l’art des aliénés et rend hommage à la déraison avec des phrases inscrites çà et là sur les murs de la maison. «Une idée fixe aboutit à la folie ou à l’héroïsme», clame Victor Hugo à celui qui pénètre les lieux. La Demeure ne se veut pas un palais naïf et gentillet, mais un lieu de révolte qui questionne l’ordre établi. «Tout ce qui reste de l’apparat bourgeois doit se noyer dans un état de guerre permanent», postule Thierry Ehrmann en grimpant par-dessus son bureau, un immense cercle d’acier qu’il est obligé d’enjamber pour pouvoir s’y asseoir. On se croirait dans la cabine du capitaine d’un vaisseau spatial. Il y a un masque à gaz suspendu sur une poutrelle métallique, un crâne humain posé sur une pile de catalogues d’art, trois écrans d’ordinateur et la chaîne Al Jazeera arabe qui tourne en boucle sur une télévision muette. «Etat de guerre permanent», tonne Ehrmann, quasi hypnotisant. Pour coller au propos, la Demeure s’est ainsi faite forteresse. Tous les angles droits ont été cassés, coup de massue dans le propre en ordre bourgeois. La piscine est devenue un marais colonisé par des lames de rasoir, le jardin, un chantier où se côtoient un bunker, des conteneurs et les ruines d’un temple protestant du XVIIe siècle, découvertes par hasard lors de fouilles.

«Home sweet home»

Le passé et le présent se côtoient partout dans les 12 000 mètres carrés du domaine. Du moderne, à travers les œuvres contemporaines qui s’inspirent du traitement de l’actualité par les médias. Un côté visionnaire, quasi prescient, qui cherche à deviner de quoi demain sera fait, ce qui restera de notre époque. Et du moyen-âgeux, mélange d’alchimie et de slogans en latin inspirés des penseurs classiques et peints par des artistes maîtrisant tous les codes de la peinture des grands maîtres. Sous bien des aspects, la Demeure du Chaos est double. Un univers fermé et autarcique avec son propre groupe électrogène, son eau potable à 30 bars de pression et son réseau de fibres optiques. Mais aussi une porte ouverte sur le monde grâce à la présence de milliers de visiteurs de partout. «Je m’enferme volontairement dans un huis clos onirique. De toute façon, le plus grand voyage se fait dans sa tête», professe son créateur.

«Je vis ici et je serai poussière ici. Ce sera ma dernière demeure»
Thierry Ehrmann

Double, la Demeure du Chaos l’est aussi par ses buts. A la fois fabrique artistique où des artistes du monde entier viennent créer et peindre, transformer et sublimer son apparence, et locaux d’entreprise fonctionnels. Sous l’héliport dans la cour se cache ainsi une salle pressurisée qui abrite près de 900 serveurs qui font circuler le savoir des sociétés du Groupe Serveur dans le monde entier. A l’étage, Thierry Ehrmann nous emmène voir ses employés. Un chemin version labyrinthe, dédale d’escaliers et de passages à travers des couloirs étroits.

Dans une enfilade de pièces aveugles aux murs noirs, 80 salariés font ici les trois-huit dans des open spaces envahis d’écrans plats et où résonnent toutes les langues. Leur job? Informaticiens, documentalistes, juristes, spécialistes de l’art, ils récoltent, trient, conservent et actualisent des milliers de données pour les mettre en ligne. Leur profil? Des femmes principalement, jeunes surtout et au CV impressionnant. «J’engage des borderlines, des sous-marins de l’internet, des gens avec un quotient émotionnel énorme, capables d’abattre un travail considérable», énumère le patron. L’indispensable? Il faut aussi que ces employés soient capables de travailler dans un environnement atypique. «Mais la Demeure du Chaos n’est pas que sombre, elle est aussi pleine d’humour, d’optimisme et de lumière, nuance Thierry Ehrmann. C’est mon home sweet home, bien plus cosy qu’au temps des pierres dorées du Domaine de la Source. Je vis ici et je serai poussière ici. Ce sera ma dernière demeure.»

Peut-être la dernière ambivalence de ce lieu d’exception: berceau de création et tombeau de son créateur.

copyright ©2010 L’illustré